Discussion sur la haine, avec ma participation au débat

nb: le dernier message que j'avais envoyé n'a pas été publié et ne figure pas ici




Faut-il les haïr?
Comment réagir face au terrorisme?
par Levi Brackman

Nombre d'entre nous s’interrogent sur ce qu’il convient de ressentir envers des terroristes qui n'ont aucun scrupule à massacrer des innocents en grands nombres. Devrions-nous les prendre en pitié au motif que des chefs religieux démagogiques les ont manipulés et endoctrinés pour perpétrer ces tueries ? Ou bien devons-nous les haïr pour l'horreur, la peur et le chaos qu'ils instillent dans nos vies ?


La haine est une notion très forte et il existe le camp de ceux qui pensent qu'éliminer la haine – à commencer par la nôtre – fera du monde un endroit bien meilleur à vivre. Pourtant, il n'y a pas de raisonnement plus faux que celui-ci. Tous les attributs humains peuvent avoir un bon ou un mauvais visage. Un amour inapproprié, par exemple, est une force terriblement destructrice : imaginez une épouse qui reste fidèle à un mari pédophile et ne le dénonce pas par amour pour lui. Toutefois, quand l'amour est convenablement orienté, il est l’une des plus puissantes forces positives et constructives dont dispose l’humanité.
Il en est de même pour la haine. Le peuple juif est malheureusement familier des conséquences d’une haine insensée. L'été dernier et comme chaque année à la même période, nous avons observé trois semaines de deuil intensif pour commémorer la destruction du Saint Temple à Jérusalem et la déportation d’Israël de sa terre qui s'ensuivit il y a de cela presque deux mille ans. D'après nos Sages, ce fut la haine « gratuite » (sinat ‘hinam) qui engendra la destruction du Temple et marqua le début de notre interminable galouth (exil).1 Il est évident qu’une haine irrationnelle et sans objet est une force essentiellement néfaste. Cela ne signifie toutefois pas que toute haine soit nécessairement mauvaise. Il arrive que la haine soit tout à fait à propos et il existe même certaines choses que nous avons le devoir de haïr. Le roi David avait lui-même déclaré au sujet de mauvaises personnes « Je les hais d’une haine absolue. »2
Dès lors que l’on commence à « comprendre » le mal et ses causes, on devient vulnérable à son influence. La logique derrière cela est profonde. Étant donné qu’il est dans la nature humaine de s’éloigner des gens et des choses que l’on déteste, il s’ensuit que le meilleur moyen de se tenir à distance du mal est de le haïr. D’autant qu’une attitude ambivalente envers le mal peut aisément conduire à éprouver de la sympathie pour ce dernier : dès lors que l’on commence à « comprendre » le mal et ses causes, on devient vulnérable à son influence.
D’un autre côté, il faut savoir que même une « bonne » haine peut également s’avérer dangereuse. Notre haine se doit d’avoir un objectif constructif qui la motive et la contrôle. Si nous devions être consumés par la haine au point d’en être totalement submergés, cela signifierait que, d’une force précieuse et constructive, elle sera devenue une impulsion aveuglément destructrice.
Lorsque la haine devient passionnelle, elle dépasse les limites et devient mauvaise. C’est bien en cela que les terroristes se fourvoient. Il y a, certes, de nombreux aspects négatifs au sein des sociétés occidentales que l’on peut légitimement détester, combattre, et s’efforcer d’en dénoncer la nature destructrice à travers la communication. De tels sentiments d’aversion peuvent engendrer une motivation à combattre résolument ces traits négatifs. Mais si on donne libre cours à cette haine jusqu’à ce qu’elle devienne passionnelle – comme le font les terroristes –, alors celle-ci franchit les limites et devient mauvaise.
Notre réponse au fléau du terrorisme doit être implacable. Pour pouvoir le combattre efficacement, il nous faut le haïr, lui et ceux qui le mettent en œuvre. Le défi qui s’offre à nous, cependant, est de ne pas laisser cette antipathie légitime s’emparer de nous et nous consumer au point de se transformer en force négative.
NOTES
Talmud Yoma 9a.
Psaumes 139,22.
PAR LEVI BRACKMAN
Rav Levi Brackman est le directeur de Judaism in the Foothills et l’auteur de nombreux articles sur les sujets d’actualité.
Au sujet de l’artiste : Sarah Kranz illustre des magazines, des webzines et des livres (dont cinq livres pour enfants) depuis qu’elle a été diplomée du Istituto Europeo di Design de Milan en 1996. Elle a travaillé pour des clients prestigieux tels que le New York Times et le Money Marketing Magazine de Londres.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
Rejoignez la discussion

Franck Lambez Paris22 mai 2014
SinaBonjour,

vous concluez que la réponse adéquate à ceux qui nous haïssent c'est de les haïr à notre tour.

Je ne partage pas du tout votre point de vue.

La haine des peuples contre le peuple juif est un midah kenegued midah de la sinat 'hinam existant à l'intérieur même du peuple juif.
La seule solution valable pour contrer ceux qui nous haïssent, c'est donc de renforcer notre amour vers nos frères juifs, resserrer nos liens et combattre la sinat 'hinam (interne au peuple juif) qui nous gangrène.

Haïr à notre tour celui qui nous hait (fût-il terroriste) c'est montrer que l'on a rien compris au message du Ribono Chel 'Olam.Reply



Emmanuel Mergui, pour Chabad.org 14 novembre 2013
Détruire le malEffectivement, pour détruire le mal, il faut avoir la volonté de le détruire.

Et pour l'éradiquer totalement, il faut le haïr.

Pour sortir de ce qui semble être un paradoxe, il faut savoir que la Torah distingue deux sortes de "méchants". 

Il y a ceux qui pensent faire du bien en faisant du mal. Même s'ils sont plus ou moins conscients que ce qu'ils font est mal, ils ont le sentiment (erroné mais réel) que c'est justifié, au nom de quelque bonne cause. Ceux-là représentent la majorité et, bien sûr, l'attitude qu'ils convient d'adopter vis-à-vis d'eux est de tenter dans la mesure du possible de leur faire prendre conscience de la vérité (tout en se protégeant de leurs méfaits, évidemment).

Et puis il y a ceux, très minoritaires mais tellement, tellement néfastes, qui font le mal pour faire le mal, en ayant parfaitement conscience que c'est du mal. L'archétype de ces méchants assumés est Amalek, dont il est dit: "Il sait qui est son maître (le Maître de l'Univers), et il Lui est volontairement rebelle." Voir, à son propos Exode 17,8-17.

Dans cette catégorie, on peut aisément ranger les nazis, ou ceux qui envoient cyniquement les enfants de leur peuple massacrer les enfants d'un autre peuple par pure haine.

Ces êtres que l'on peut difficilement qualifier d'humains ont perdu toute trace de bien et ne vivent que pour le mal. Il est illusoire de chercher à leur faire entendre raison au nom de quelque étincelle de bien qui demeurerait en eux. Celle-ci est éteinte depuis bien longtemps. Au contraire, toute tentative d'apaisement les renforce dans leur cheminement meurtrier. L'Histoire retient cette démarche vaine sous le nom d'"esprit de Munich", évoquant la conférence de Munich ou les gouvernants français de l'époque se targuaient d'avoir "sauvé la paix" en brandissant un accord signé de la main d'Hitler. Las, cet accord n'avait pas plus de valeur que celui de la feuille de papier sur laquelle il était écrit. La suite est connue.

C'est pourquoi, dans la vision messianique du Judaïsme, toute l'humanité trouvera sa place dans une paix et une harmonie universelles, car tous les doutes seront dissipés et le bien apparaitra en évidence aux yeux de tous, de sorte que personne ne fera plus de mal par égarement.

Mais, pour cette même raison, ceux qui seront animés de l'esprit d'Amalek, une petite minorité, revendiquera le combat du mal contre le bien, et finira alors dans son ultime défaite sa mission en ce monde: démontrer l'existence du Bien absolu de D.ieu en l'attaquant dans une pulsion de mal absolu.

Voir Deutéronome 25,17 et Nombres 24,20.Reply


elisseievna 14 novembre 2013
La haine débouche sur la volonté de détruire, sur le mal.
Alors Emmanuel Mergui, cet article n'est pas clair du tout. Car il confond haine de certains actes et haine des personnes. Comme vous le rappelez, chaque personne a vocation a exister et à faire le bien.Reply


Emmanuel Mergui, pour Chabad.org 14 novembre 2013
LA HAINE A-T-ELLE UNE PLACE DANS LE JUDAISME?En complément de l'article ci-dessus, voici quelques éléments.

La haine est un sentiment de rejet extrême, de total exclusion. Haïr quelqu'un ou quelque chose revient à ressentir que cette chose n'a pas de place dans la réalité. Or, si D.ieu a créé telle chose ou telle personne, c'est bien parce qu'elle a vocation à exister et à contribuer au monde le bien qu'elle recèle en potentiel. Dès lors, quand on est confronté au mal chez autrui, l'attitude à adopter doit être positive, dans le sens de l'aider à surmonter son mauvais penchant pour pouvoir l'amener à exprimer le bien qui est en lui. C'est une approche qui est au cœur de la doctrine 'hassidique et qui s'applique à tous les être humains.

Toutefois, cela ne signifie pas que la haine soit exclue. On voit que D.ieu exprime Lui-même une haine vis-à-vis de certaine choses, et nous enjoint de partager cette haine. Ce sont essentiellement des conduites immorales ainsi que l'idolâtrie, toutes choses qui reviennent à nier la réalité divine du Bien absolu, comme il est dit dans Proverbes 6,16-19: "Il est six choses que l’Éternel déteste et sept qu'il a en horreur: les yeux hautains, la langue mensongère, les mains qui répandent le sang innocent; le cœur qui ourdit des desseins pervers, les pieds impatients de courir au mal, le faux témoin qui exhale le mensonge, enfin l'homme qui déchaîne la discorde entre frères." (Voir aussi Deutéronome 12,31; 16,22; Jérémie 44,4; Isaïe 61,8; Zacharie 8,17, et d'autres.)

D.ieu nous enjoint de partager cette haine du mal: Proverbes 8,13: "Craindre l’Éternel, c'est haïr le mal", Psaumes 97,10: "Vous qui aimez D.ieu, haïssez le mal", Amos 5,15: "Haïssez le mal et aimez le bien".

Essentiellement, les perpétrateurs de ces actes sont décrits comme ceux qui haïssent D.ieu (par exemple dans les Dix Commandements - Exode 20,5). Et l’Écriture nous engage à haïr ceux dont il est manifeste qu'ils haïssent D.ieu: Psaumes 139, 21: "Ceux qui te haïssent, D.ieu, je les hais", ibid. 21: "Je les hais d'une haine totale".

Cela est-il contradictoire avec le positivisme prôné par la Torah en général et le 'Hassidisme en particulier?

Tel est l'objet de l'article ci-dessus.

Lisez également:
Les antisémites, ça n’existe pas 
D.ieu a-t-Il créé le mal?Reply


elisseievna 14 novembre 2013
le texte du Rav parle de haine envers des personnes , il faut distinguer les personnes et leurs actes, des actes peuvent etre odieux, "haissables", mais il ne faut jamais entretenir le sentiment de haine envers des personnes mais au contraire lutter contre ce sentiment

d'abord il faut être "froid" pour combattre efficacement concretement
avoir tout le sang froid et l'indiférrence necessaire pour agir en n'ayant que l'efficacité militaire comme but

ensuite, il faut mener ce combat en pensant toujours à faire en sorte de permettre au "méchant" de revenir
car si l'on n'y pense pas, si on ne pense quà le detruire, alors c'est la que l'on est complice du malReply


Sylvie Cohen Paris14 novembre 2013
Houla ! 3Mais en revanche, quand il s'agit d'haïr ceux qui cherchent à nous détruire, certains disent que la haine est un sentiment négatif? Votre manque de haine vis-à-vis de la haine antisémite terroriste revient à perpétuer l'indifférence, et cette indifférence est une complaisance avec ces ordures qui ne dit pas son nom.

Voilà.Reply


Sylvie Cohen Paris14 novembre 2013
Houla ! suiteMais nous, nous nous gardons bien de riposter de façon efficace parce que nous nous soucions d'eux avant de nous soucier de nous-mêmes. Ils lancent leurs roquettes depuis le toit des écoles et des hopitaux, parce qu'ils ESPERENT qu'un obus israéliens tombera à cet endroit, tuera leurs enfants, pour qu'ils puissent gagner la bataille médiatique. Tout le monde le sait, mais tout le monde joue le jeu.

Ces gens sont innommables et doivent être haïs et rejetés de toutes nos forces. Haïr quelque chose, c'est être dérangé par la chose. Quand il y a des dizaines de milliers de morts au Darfour ou au Sri Lanka, les Français n'en ont strictement rien à faire. C'est à peine s'ils le savent. En revanche, si des terroristes palestiniens parviennent à leurs fins et faire en sorte que la riposte israélienne fasse des dégats collatéraux, là ce sont des cris d'orfraie. La haine des Juifs progresse dans les rues et les cités: pensez-vous ce sont ceux qui "soutiennent ceux qui tuent des enfants arabes".Reply


Sylvie Cohen Paris14 novembre 2013
Houla !elisseievna, seriez-vous en train de nous dire que vous haïssez la haine ? (Je vous cite: "la haine est répugnante et obscène") Comment vous vous en sortez?

Moi, perso, un terroriste qui tue mes enfants parce qu'il les hait, je le hais. Golda Méir a dit: "Il y aura la paix quand les Arabes aimeront leurs propres enfants plus qu'ils ne nous détestent." Elle se trompait. Il y aura la paix quand nous cesserons d'être des pigeons et que nous aimerons NOS enfants plus que nous aimons les enfants de nos ennemis. Eux, leurs enfants, ils les ont fait depuis longtemps passer en pertes et profits. Ils les éduquent à la haine dès le plus jeune âge, exactement comme le faisaient les jeunesses hitlériennes. Ils leur apprennent qu'un bon juif est un juif mort. Ils les forment à la guerre avec nos impôts européens, ils leurs mettent des ceintures d'explosif pour massacrer des innocents qui prennent le bus ou les envoient poignarder des enfants juifs dans leur sommeil. Mais nous, nous nous gardons bReply


elisseievna france14 novembre 2013
la haine est le sentiment qui prépare au mal, si Dieu lui meme ne veut pas la mort du méchant, quel sens a ce bas ressassement à l'idée de le détruire, la haine est répugnante et obscene
je ne suis pas du tout d'accordReply


Mariama Linda Lyon, France7 juin 2011
Ma questionL'esprit doit dominer... En pratique, il ne domine pas toujours. Merci pour la réponse, mais même s'il faut détester les terroristes, comment empêcher la haine de prendre le dessus sachant que c'est un sentiment qui peut aisément devenir passionnel. Il me semble que c'est tout simplement impossible de maitriser la haine d'autant plus qu'elle nous apparait comme étant légitime. La haine a conduit bien des hommes à leur perte.Reply


Sylvie Cohen 6 juin 2011
Réponse à MariamaJe pense que le défi est clair au contraire: la Torah nous a donné un référentiel moral à travers lequel nous pouvons distinguer le bien du mal. L'esprit doit dominer et orienter le cœur sur la base de ce référentiel pour aimer ce qui doit être aimé et détester ce qui doit être détesté, chaque chose à sa mesure.Reply




Mariama Linda Lyon, France6 juin 2011
faut il les hair ?Je vous ai lu avec attention, mais il est clair que la haine est un sentiment qui, comme nous l'avons vu par le passé, a tendance à dépasser la raison de l'homme. Quand la haine nous submerge, on agit sans vraiment réfléchir. Encore plus quand on est jeune. Il est donc clair que c'est utopique de penser qu'elle ne se transformera pas de façon négative. Alors ne faut il pas trouver un sentiment plus approprié face aux terroristes ? Vous dites qu'il y a un défi à relever, mais vous n'expliquez pas comment ni par quels moyens. Je pense que beaucoup peuvent vous lire sans comprendre que la haine n'est pas un bon sentiment et encore moins qu'il faut le maitriser.

Mensonge d'une féministe contre moi

Conversation avec une féministe à laquelle s’invite une troisième féministe :
 
Alpha écrit, citant Emmanuel Macron, après avoir appelé à voter pour lui,
 · 
pour certains, "le porno fait parti de la vie"
mais, heureusement, pas pour tou.te.s

«  Typhaine D on Twitter   “#Macron avait dit "le #porno c'est la vie".Ce soir au #Louvre il confirme. #OnVaTeCombattreTellementPendant5ansTuVasPasComprendre #Féminisme” »


Je réponds
Elise Elisseievna
Elise Elisseievna vous l'avez tous voulu, vous l'avez eu ...
 commencer sa vie d adulte en brisant une famille, c était prometteur
 il est vrai que j'ai du mal à dissimuler ma sympathie pour le personnage

Alpha me réponds  :
Elise Elisseievna, j'ai voté Emmanuel Macron; mais pas pour sa politique. En tant que française, je ne voulais pas du FN; en tant que femme immigrée, j'aurais dû quitter la France si ce parti passait. Emmanuel Macron est de toute évidence un homme brillant, cultivé, convaincant. Il est aussi - de même que les personnes qui l'entourent et la plupart de ceux/celles qui le soutiennent, très loin de (vouloir) connaître la réalité des catégories socio-professionnelles qui ne votent pas, ou pas pour lui. En matière de droits des femmes son programme est creux et prétentieux, etc etc Sa vie privée ne m'intéresse pas, et j’apprécierais vivement plus de discrétion de sa part là-dessus. Comme ça, c'est dit.

Je réponds :
Elise Elisseievna
Elise Elisseievna J'attends toujours les SA que LE PEN père aurait pu depuis longtemps mettre dans les rues s'il avait voulu cela. Le sang juif n'a pas coulé en France a cause du FN (!) malgré leurs propos répugnants souvent.

Moi aussi je suis meteque pur sucre, et en plus, sans la France, je suis APATRIDE, mais en plus, je suis comme Sarah Halimi qui vient de se faire tuer par son voisin depuis des décennies, parce que Mahomet a persecuté les juifs d'Arabie,
alors je vote systematiquement pour ARRETER l'immigration en provenance de pays musulmans, qui en plus de me mettre en danger, est une politique d'exploitation éhontée du malheur qui s'est abattu sur ces terres avec l'invasion et le totalitarisme islamique.
Quant à Macron, c'est lui qui met sa vie en avant, et je suis d'accord, il ferait mieux d'etre plus discret là dessus (!).
Il est intelligent et visiblement excellent negociateur, et il semble connaitre ses dossiers, et il est capable d'ecouter ( cela s'est vu pendant le vote de sa loi), mais à mon sens il manque de culture, il manque de savoir historique, 
il est un "bon eleve", BORNé, avec des oeillères gravissimes.
Quant à la GPA je pense qu'il agira uniquement par calcul car c'est le cadet de ses soucis. Je doute qu'il voit le sens symbolique du dossier, qui quantitativement touche peu de personnes effectivement, et je doute encore plus qu'en tant que Manager, il ait envie de consacrer assez de temps pour le considérer. C'est dommage, encore une fois, il est tres capable.

Alpha me réponds :
 Nous verrons bien quelle voie il choisira par rapport à la GPA. On ne peut qu'espérer qu'il est sincère quand il dit qu'il y est opposé.

Je réponds :
Elise Elisseievna
Elise Elisseievna Vu l'ambiguité de ses propos dessus, je pense qu'il s'en fiche - j'ai mis sur mon blog l'interview de de la Rochere qui fait un point sur les propos de Macron sur la GPA et je suis aussi pessismiste qu'elle, .. mais qui sait ? nous allons continuer à essayer n'est ce pas ?
 Je me reconnais dans les propos de Tchoudinova ... sauf sur le mariage homo (moi je suis pour), http://elisseievna.blogspot.fr/.../russie-interview-de...



S’invite une troisième féministe, qui est aussi par ailleurs rédactrice chez Prochoix :

Béta :
 Elise vous écrivez régulièrement pour le site de Ménard pro Marine Le Pen, "Boulevard Voltaire" (je vous ai dit plusieurs fois ma totale désapprobation au sujet de cette collaboration) et vous citez Ludovine de La rochère, la leader de la Manif pour tous. Alors vos critiques de Macron, on sait de quelle position idéologique ultra-droitière et ultra-catho elles viennent. C'est complètement inacceptable de se dire féministe et d'écrire sur un site pro-FN: il y a là un problème d'éthique fondamental. Alors gardez vos leçons de morale pour vous

Je réponds :
Elise Elisseievna  «  Beta »  tu mens. Je suis juive et je suis une tres militante du mouvement féministe et pas une militante politique.
tu es dans l irrationnnalite totale , dans la tautologie, et tu peux te mettre ton arrogance debile ou je pense. : car moi je te parle a la fois de rationalité et d antiracisme et je te parle de SANG et de VIE humaine, et quand je dis " je " je devrais dire " nous. " car nombre de personnes venues de pays musulmans et nombre de personnes juives pensent comme moi que la politique d immigration venant de pays musulmans est une politique de pogroms et de massacres en général, pour la raison que c est faire venir parmi ces arrivants, des fantassins animés une idéologie de type nazi.
Beta me réponds :
tu es inconsciente au point de nier to collaboration régulière avec ce site pro MLP? Voici to dernier article en date sur ce torchon http://www.bvoltaire.fr/panique-a-bord-marine-pen-a-lair.../

Je réponds :
Elise Elisseievna
Elise Elisseievna  BETA tu mens. Je le répète ici parce que c est trop grave : Je suis juive ( et pas ultracatho ni meme croyante) et je suis une tres militante du mouvement féministe et pas une militante politique
 j écris depuis 1993 dans la presse féministe et de gauche et tu sais très bien qu elle refuse de parler de la doctrine de l islam et du coup j ai proposé mes articles aussi ailleurs

Béta réponds : [ affichant un de mes articles publié par Bd Voltaire ]

Je réponds :

Elise Elisseievna Mes articles sont publics et mon point de vue est parfaitement cohérent. : je défends les droits fondamentaux contre toutes les idéologies et mouvements qui les contestent
Beta réponds :
 Je peux continuer comme ça à poster tes articles sur Boulevard Voltaire ad libitum. Tu collabores régulièrement avec ce site Le Péniste et Manif pour tous puant et tu te dis féministe. Je te laisse à tes incohérences

Je réponds :
Elise Elisseievna
Elise Elisseievna toi tu as décidé que ce que tu sais de l islam tu ne l ecris pas dans des articles, c est pratique, mais ce n est pas coherent pour le moins.
 Je me dis féministe ? Quand les féministes se sont tues sur le nazisme par pacifiste, elles n étaient plus réellement féministes.
moi je n’ai RIEN concédé.
 tu peux continuer à te ridiculiser : si je publies des articles c est entendu pour que l on voit la cohérence entre eux, depuis que j écris et depuis que je milite. Ma raison de militer est de défendre les droits fondamentaux des gens, de toutes opinions et de toutes religions, et des toutes origines, contre TOUTES les idéologies et mouvements qui prônent la violence. La politique actuelle des principaux mouvements féministes est de se taire sur l idéologie islamique et la tactique du jihadistes, je reprouve totalement cette attitude qui est une trahison du féminisme. Et je suis loin d être la seule féministe dans ce cas.
Je te laisse à tes jeux minables sur le mot collaborer... qui m insupportable, et que personnellement je ne mets jamais à la première personne du singulier tant il est douloureux pour moi.

Vive Geert Wilders, Vivent les musulmans, A bas le coran, à bas la sunna de Muhammad, à bas l'islam !

Vive Geert Wilders, Vivent les musulmans, A bas le coran, à bas la sunna de Muhammad, à bas l'islam !


bien que je ne sois pas du tout d'accord avec l'idée de Geert Wilders d'une interdiction du coran - au contraire, je pense important de l'étudier, selon les méthodes prônées par les universités islamiques comme avec la lecture rationnelle occidentale - je soutiens Geert Wilders, caricaturé par exemple dans cet article qui déforme ses propos :

Le coran a un contenu du même type que Mein Kampf, vomissant sans cesse les non musulmans, les juifs en particulier, prônant l'expansion militaire impérialiste, les massacres et les tortures, louant la force et le combat guerrier ...

https://www.nytimes.com/video/world/europe/100000004982794/geert-wilders-an-anti-muslim-voice-in-netherlands-election.html?smid=tw-nytimes&smtyp=cur

On voit clairement que Wilders n'a jamais dit que l'ensemble des musulmans seraient des "scum", des "sauvageons/racailles", mais qu'il parlait simplement des "racailles"  qui sont marocains, comme il en existe dans toutes les populations.




песня Леля из оперы "Снегурочка"

Третья песня Леля Лариса Авдеева / Avdeeva - 3-я песня Леля ("Снегурочка") Irina Arhipova Svetlana Kushnerova Voi che sapete Elisabeth Schwarzkopf le pur Amour Vladimir Jankélévitch

Chrétiens contre l'islam et contre la haine : "c'est pour les musulmans de Daesch qu'il faut prier le plus"

CONFERENCE "EN FINIR AVEC LES PRÉJUGES SUR L'ISLAM" DE JOSEPH FADELLE (21/10/2015)

Brother Rachid Joseph Fadelle


Abbé Guy Pagès "   " (08-09-2015)


" je sentais bien que ces jeunes gens courraient une double tentation : soit de se convertir à l'islam pour échapper à la pression et celle de tomber dans la haine des musulmans ... "

Témoignage d'une prostituée règlementariste

Rafle du Vél d'Hiv

Témoignage d'une mère catholique d'un fils homosexuel



" Apprendre à découvrir que l'amour entre deux êtres du même sexe, leur fidélité dans leur engagement, peuvent passer par d'autres voies que les nôtres, et qui sont à respecter...
L'amour du Seigneur pour toutes ses créatures...
Une autre dimension de l'amour."

 5 oct. 2015
Témoignage d'une mère d'un enfant homosexuel, lors de la Conférence-débat "Vox populi, vox Dei ?"
organisée par la Conférence Catholique des Baptisé-e-s Francophones (CCBF)
au Centre Sèvres - Facultés Jésuites à Paris

Romeo & Juliet by Mariinsky Ballet

Romeo & Juliet by Mariinsky Ballet

Diana Vishneva - Juliet and Paris from "Romeo and Juliet" by Mariinsky Ballet. Диана Вишнёва - Джульетта и Парис. Фрагмент балета "Ромео и Джульетта" в постановке Мариинского Театра.

Posted by St Petersburg Guide on dimanche 19 avril 2015

Pascale Boistard au Sénat : lutte contre le système prostitutionnel

Un discours très clair sur la responsabilité et la culpabilité des "consommateurs" de prostitution






Intervention de Pascale Boistard concernant la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées – 2ème lecture au Sénat – Discussion générale- le 14-10-15
Femmes.gouv.fr | Publié le 14 octobre 2015
Seul le prononcé fait foi
Monsieur le Président,
Monsieur le Président de la Commission spéciale,
Madame la Rapporteure,
Madame la Présidente de la Délégation aux droits des femmes,
Mesdames les Sénatrices,
Messieurs les Sénateurs,

1.      C’est une lourde responsabilité que nous avons aujourd’hui.
Nous devons en effet affirmer ensemble notre volonté de faire reculer la traite des êtres humains et les violences qui accompagnent la prostitution.
Le texte que nous examinons aujourd’hui est porteur de progrès importants. Pour les personnes prostituées, pour notre société, pour les droits humains, et pour l’égalité entre les femmes et les hommes.
De nombreux a priori pèsent sur ce sujet encore tabou et finalement peu connu. Mais peu importe d’être spécialiste du sujet, il suffit de regarder les faits, sans préjugés. Avec le sérieux et la gravité qu’ils réclament.
2.      Cette proposition de loi que nous examinons ce soir trouve son origine dans le travail mené de manière transpartisane par Danielle Bousquet, alors députée et aujourd’hui présidente du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, et de Guy Geoffroy, Président de la Commission spéciale de l’Assemblée nationale.
Suite à leurs travaux, en décembre 2011, les députés ont voté à l’unanimité une résolution réaffirmant la position abolitionniste de notre pays. Cette décision honore la France.
Cette unanimité a  été confirmée en juin dernier lors de la deuxième lecture de ce texte à l’Assemblée nationale.
Je veux prendre quelques instants pour saluer les pionniers et les pionnières, élus, associations, chercheurs, médecins, magistrats qui ont levé le voile sur cette violence et ont lancé les réflexions en France. Ces citoyennes et citoyens engagés ont fait un travail de pédagogie crucial et palpable dans notre société. Pour que l’achat d’actes sexuels ne reste pas impuni et donc légitimé. Pour que les victimes cessent d’être stigmatisées et soient soutenues.
3.      La première question que je me suis posée, lorsque je me suis emparée de ce sujet, est de savoir quelle réalité se cache derrière ce mot « prostitution » ?
La prostitution, ce sont des actes sexuels répétés et non désirés, imposés par la précarité et aujourd’hui majoritairement, par la menace des mafias qui maintiennent sous emprise des femmes.
Le Président de la République l’a exprimé très clairement à la tribune de l’ONU, le 27 septembre dernier. La France est mobilisée contre toutes les violences faites aux femmes, et parmi ces violences, il y a les violences sexuelles, il y a la prostitution.
Le quotidien des personnes prostituées, ce sont des violences inouïes, allant parfois jusqu’au meurtre. Le taux de mortalité des prostituées est 6 fois plus élevé que celui du reste de la population. Comme en témoignent les colonnes de votre presse quotidienne régionale, de nombreuses personnes prostituées sont assassinées, le plus souvent par leurs « clients ». Ce ne sont pas des faits divers, ce sont des féminicides.
Une enquête de l’institut national de veille sanitaire montre que 36% des personnes prostituées ont subi un viol au cours de leur vie.
Au nom de quoi faudrait-il accepter de sacrifier les droits, les vies de femmes et d’hommes ? Pour assouvir le désir sexuel de quelques-uns ?
Ce n’est pas la société que nous voulons.
Mais c’est cela la réalité de la prostitution.
Alors je me demande comment certains peuvent encore  parler d’un métier ? D’un choix ?
Ceux qui mettent en avant la liberté de disposer de son corps se trompent de débat.
Le système prostitutionnel induit au contraire la contrainte.  La contrainte sexuelle, physique, et financière.
Ce n’est pas la liberté des femmes qu’ils défendent, mais c’est le droit de certains hommes à disposer de leur corps.
4.      Je suis allée sur le terrain. En maraude ou dans des centres d’hébergement sécurisés.
J’ai pu constater, la douleur engendrée par ces parcours de contraintes.
Si cela n’est pas clair pour tout le monde, la loi doit l’énoncer : les femmes ne sont pas des objets.
Je refuse d’accepter que des hommes puissent continuer à violenter, dominer, humilier, contre quelques euros.
Pour celles et ceux parmi vous qui sont allés aux côtés des travailleurs sociaux, des associations, vous le savez : dès lors que l’on rencontre ces personnes victimes de la prostitution, leur situation effroyable suscite l’indignation et la volonté d’agir.
C’est avant tout pour elles, pour apporter des solutions à leurs situations dramatiques, que je suis devant vous aujourd’hui.
5.      Car c’est le but de cette proposition de loi, qui se fonde sur quatre piliers :
- Renforcer la lutte contre la traite et le proxénétisme
- Accompagner les personnes prostituées
- Sensibiliser toute la société
- Responsabiliser le client.
Ces fondations construisent un édifice cohérent et solide.
Si un pilier est retiré, l’ensemble est fragilisé.
6.      Parmi ces piliers, la responsabilisation des clients fait débat au sein de votre Assemblée.
Pourtant responsabiliser le client a plusieurs fonctions :
- indiquer qu’il participe à l’exploitation d’êtres humains.
- refuser toute banalisation de cette violence.
- réaffirmer que le corps des femmes n’est pas à vendre.
-faire progresser le regard de la société, des jeunes, sur les relations entre les femmes et les hommes.
Mais responsabiliser le client c’est aussi empêcher l’enrichissement des réseaux et leur envoyer un message de fermeté : La France n’est pas un pays d’accueil pour vos trafics.
Comme l’explique une survivante courageuse que j’ai rencontrée et que je salue chaleureusement : « donner le droit aux clients d’acheter des femmes, c’est donner le droit aux proxénètes de les vendre ».
Les personnes qui achètent du sexe, et qu’on nomme par facilité les « clients », sont des acteurs du système prostitutionnel. Alors pourquoi devrait-on fermer les yeux sur leur responsabilité ?
- C’est parce qu’un client paye, que des proxénètes prostituent des femmes.
- C’est parce qu’un client paye, que les mafias en tous genre s’enrichissent.
- C’est parce que les clients payent, que la traite humaine  est la deuxième forme de criminalité la plus lucrative après le trafic de drogue.
Il faut donc désormais faire cesser l’hypocrisie qui bénéficie aux clients et leur dire qu’ils sont des acteurs du système prostitutionnel.
Pour toutes ces raisons, je veux vous dire, au nom du gouvernement, que je regrette  que la Commission spéciale du Sénat ait décidé de supprimer la responsabilisation du client.
7.      En l’état, la loi serait inefficace, mais surtout dangereuse.
Cela reviendrait à donner un signal positif aux réseaux.
Il nous faut être cohérent :
·         En supprimant le délit de racolage.
Sans faire de polémique, nous pouvons nous accorder sur le manque d’efficacité de cette approche délictuelle. On ne peut  justifier que les personnes prostituées soient considérées comme des délinquantes. Elles ne peuvent être tenues responsables d’être exploitées, vendues, achetées. C’est un non sens.
·         Mais aussi en donnant les moyens aux forces de police et de gendarmerie de remonter les filières et de faire condamner les organisateurs des trafics. Il faut que les forces de l’ordre puissent agir, mais en faisant peser la pression sur l’auteur de la violence prostitutionnelle, et non plus sur la victime.
Sans cette possibilité d’intervenir, pour les forces de polices et de gendarmerie, il deviendrait plus facile et plus lucratif pour les réseaux d’exploiter la prostitution en France.
Cela conduirait à une augmentation de la traite des êtres humains.
Ce n’est pas le message que la France veut envoyer aux réseaux de traite.
8.      Les réseaux, les mafias, les proxénètes, leurs violences, et leurs trafics, nous n’en voulons pas.
Ce sont des femmes, leurs enfants, des familles entières qui vivent sous leur menace.
Nous le savons, ces réseaux ont différents visages.
Ils s’enrichissent tant sur la vente d’armes, de drogues, que sur la vente d’enfants, de femmes et d’hommes.
Ce sont les mêmes : ils partagent la recherche du profit, et le mépris de l’humanité.
Ils sont prêts à toutes les terreurs, à toutes les barbaries.
Face à ces groupes mafieux, la réponse doit être ferme et coordonnée.
Aucun levier de doit être ignoré, écarté.
9.      Pour choisir, nous disposons d’exemples étrangers très éclairants.
Tous attestent de l’efficacité du dispositif que nous souhaitons voir adopté. Peu importent les polémiques sur les différents rapports, je fais confiance aux gouvernements européens et au sérieux de leurs évaluations.
Concernant la Suède, un rapport d’évaluation portant sur l’interdiction de l’achat de services sexuels publié en novembre 2010 démontre que le nombre de personnes prostituées a diminué.
Les écoutes téléphoniques menées dans le cadre d’enquêtes judiciaires mettent en évidence la décision des chefs de réseaux de quitter le territoire suédois.
Les trafiquants estiment qu’il est devenu trop difficile d’exploiter des femmes en Suède et que le marché est désormais jugé « inhospitalier ».
En Norvège, en 2013, un rapport d’évaluation a conclu que la loi sanctionnant l’achat d’acte sexuel a engendré une réduction tangible de la traite.
L’Islande, le Canada en 2014, et il y a quelques mois l’Irlande du Nord, ont adopté une législation identique.
En revanche, les pays qui ont choisi d’organiser ce système, plutôt que de le dissuader, constatent une augmentation spectaculaire de la prostitution, des risques sanitaires et des violences qui l’accompagnent.
Un tiers des procureurs allemands indiquent que cette loi a compliqué les poursuites pour traite et proxénétisme.
10.  Les choix des pays européens ont pu diverger il y a 10 ans.
Aujourd’hui, l’Europe regarde ces bilans nationaux, que je viens d’évoquer et sa position est très claire.
En 2014, le parlement européen a adopté une résolution qui affirme que la prostitution est contraire aux principes de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne et notamment à l’objectif d’égalité entre les femmes et les hommes.
Cette résolution considère que la demande peut être réduite en faisant peser la charge de l’infraction sur ceux qui achètent des actes sexuels.
Elle indique que la réduction de la demande doit faire partie de la politique de lutte contre la traite dans les états membres comme cela est le cas en Suède.
Toujours en 2014, c’est l’Assemblée parlementaire du conseil de l’Europe qui adoptait la même  position et appelait les Etats à envisager la sanction de l’achat de services sexuels.
J’ai rencontré en septembre Mme Vassiliadou, coordinatrice de l’Union européenne pour la lutte contre la traite des êtres humains. De toutes parts on nous le dit : la voix de la France est attendue. Se contenter d’une loi sans ambition et sans efficacité serait indigne de notre République.
Dès 1949, la convention des nations unies pour la répression de la traite des êtres humains et l’exploitation de la prostitution d’autrui affirmait l’incompatibilité de la prostitution avec la dignité et la valeur de la personne humaine.
Aujourd’hui, les textes internationaux vont bien plus loin : ils dénoncent la pénalisation des personnes prostituées et ils incitent à sanctionner l’achat d’acte sexuel.
11.  En Europe comme en France, la prostitution a changé de visage.
Les trafics s’organisent à l’échelle internationale.
Aujourd’hui, la grande majorité des personnes prostituées sont étrangères et victimes des réseaux de traite qui les transportent là où il est le plus facile de les exploiter.
La législation française n’est plus efficace, un statu quo serait inacceptable.
Il est urgent d’apporter des réponses adaptées à ces nouveaux défis.
12.  Nous avons besoin des dispositifs prévus par cette proposition de loi, rapidement, sur le terrain.
Ce texte donnera un signal fort.
·         Il nomme les victimes et les auteurs.
·         Il fournit des outils aux forces de police, de gendarmerie,
·         Il permet aux associations de terrain de mieux protéger les personnes prostituées.
·         Il renforce nos moyens de lutte contre les réseaux de traite humaine.
La commission spéciale a adopté l’article qui prévoit un dispositif de protection renforcées pour les personnes prostituées menacées par leurs réseaux. Je veux saluer cette décision, ainsi que le travail mené par votre Président et votre rapporteure.
Vous avez repris et même amélioré le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle.
Ces dispositions essentielles sont attendues.
Des femmes, des hommes, en ont besoin. Ils en sont aujourd’hui privés tant que la proposition de loi n’est pas définitivement adoptée.
Le gouvernement est prêt à travailler à l’application concrète de cette loi. Les ministères de la justice et de l’intérieur,  particulièrement impliqués et mobilisés dans le travail interministériel que j’ai mené, sont pleinement associés.
La preuve la plus tangible de cet engagement collectif du gouvernement est le doublement du budget alloué à la lutte contre la traite et la prostitution dans le projet de loi de finances pour 2016.
Je pourrais donc rapidement financer des actions de terrain au bénéfice des personnes prostituées.
Mais pour agir, nous avons besoin de cette loi que vous examinez ce soir.
Notre responsabilité aujourd’hui est d’être :
·         juste, pour les victimes
·         et efficace contre les réseaux.
Cela implique de changer radicalement la vision que nous avons du système prostitutionnel. Des personnes prostituées comme  des clients.
Nous pouvons aujourd’hui, ici, ensemble, franchir un pas historique.
La France a un rôle à jouer et elle est regardée dans le monde.
Elle doit lutter contre ces criminalités.
Elle doit promouvoir les droits humains et les droits des femmes.
·         14 octobre 2015